Apache OpenOffice : la fondation Apache retrace 9 mois de migration

Article originale sur le site LeMagIT

En ce qui concerne OpenOffice, «notre migration est complète», a confirmé la fondation Apache dans un billet de blog ce mardi 13 mars. Quelques 9 mois après la décision d’Oracle de confier la gouvernance et le code de la suite bureautique Open Source à l’incubateur de la fondation, la migration du projet se terminera aux alentours du 16 mars prochain, date à laquelle les derniers serveurs reliant Oracle à la fondation seront déconnectés.

Dans le calendrier fourni par la fondation Apache, on remarque, comme le souligne l’institution Open Source, que la mise en conformité du code original à la politique d’Apache (le retrait du code sous copyleft) a nécessité plusieurs mois. «Dans la plupart des cas, nous avons remplacé les modules sous copyleft avec des bibliothèques équivalentes ou d’un niveau supérieur qui étaient sous une licence permissive», explique la fondation. Un gros chantier, dont le but était d’aligner la base de code d’OpenOffice sur la licence Apache (une des plus permissive des licences Open Source) de façon «à encourager l’extension de l’éco-système». Le temps passé à cette migration était incontournable mais il a été «bien utilisé», confirme Apache, qui veut faire taire ses détracteurs sur le Web qui prétendent que le temps passé sur ce projet a été «anormalement» long. On remarque que le gros du chantier de migration s’est déroulé de mars à janvier. L’essentiel du projet de migration s’est porté sur l’infrastructure et la communauté, résume Apache.

Durant ces 9 mois de migration, le projet OpenOffice a également reçu un allié de poids en la société d’IBM. Big Blue a annoncé début février se ranger derrière Apache OpenOffice, au lieu de LibreOffice, pour en extraire une distribution maison, qui remplacera à terme la suite Lotus Symphony.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.